berenger.tournier@gmail.com

Un bénévole à la une avec… Swan Pierredon (JCFA)

Ils sont essentiels, indispensables. Sans eux, les clubs de football et toutes les structures associatives ne seraient rien. Dans les quatre coins du pays, ils sont des milliers, femmes et hommes, à s’investir corps et âme dans le bénévolat. Durant toute cette saison 2019-2020, Football Club 34, en partenariat avec la Région Occitanie, publiera chaque semaine l’interview d’un bénévole qui oeuvre dans un club de football héraultais. Cette semaine, c’est Swan Pierredon, éducateur au JCFA, qui s’est confié.

Quel est ton parcours en tant que bénévole ?
Aujourd’hui, cela fait cinq ans que je suis devenu bénévole au sein de l’ASCT, nouvellement JCFA. J’ai eu la chance de pouvoir côtoyer toutes les catégories de jeunes du football à 11, mais surtout vivre de véritables aventures humaines. Car si le sportif est souvent au centre des discussions, c’est avant tout la vie de groupe et les valeurs humaines qui me motivent tout particulièrement.

Qu’est-ce qu’il te plait dans ce rôle ?
Au-delà de pouvoir faire de sa passion un secteur dans lequel évoluer, j’aime particulièrement la transmission avec les joueurs. Je pense à la fois aux valeurs qui nous animent et au fait de pouvoir partager sa vision du football. En tant qu’éducateur fédéral, il serait logique de parler de la formation du joueur, car c’est notre travail. Mais ce dont je suis le plus attentif, c’est de faire de mes jeunes les hommes de demain. Ma fierté, c’est lorsque les joueurs que j’ai eu, passent le cap et deviennent à leur tour éducateur. C’est à ce moment-là qu’ils comprennent le rôle social et sociétal que notre poste comprend.

Que penses-tu de ce statut ?
Il est aujourd’hui au cœur des débats politiques sportifs. Mais, au quotidien, ceux qui le vivent touchent du doigt les réels problèmes du rôle. Le bénévole n’a pas vraiment les outils adéquats pour garantir l’efficacité de son action. Souvent mal ou pas formés, ils doivent gérer des hommes, des blessures et des associations. Le bénévole prend des risques pour les autres.

Depuis toutes ces années, quel est ton meilleur souvenir ?
Je mets l’humain au cœur du projet d’une équipe. Donc pour moi, mon meilleur souvenir, c’est un moment de vie : une saison U19 très compliquée sportivement, où nous avons obtenu le maintien à la dernière journée. Malgré les galères, le groupe est toujours resté uni. Nous étions une vraie équipe.

Que peut-on désormais te souhaiter ?
De pouvoir vivre ma passion pendant de nombreuses années. Depuis que j’ai l’âge de marcher, j’ai eu un ballon au bout du pied, donc espérons que ce soit le cas encore longtemps.

Laisser un commentaire