Connectez vous avec
Ad_Header

Actus

Stéphanie Sanchez : « Rendre service aux autres »

Publié

le

[themoneytizer id=29899-1]

Ils sont essentiels, indispensables. Sans eux, les clubs de football et toutes les structures associatives ne seraient rien. Dans les quatre coins du pays, ils sont des milliers, femmes et hommes, à s’investir corps et âme dans le bénévolat. Durant toute cette saison 2019-2020, Football Club 34, en partenariat avec la Région Occitanie, publiera chaque semaine le portrait d’un bénévole qui oeuvre dans un club de football héraultais. 

« Si le bénévolat n’est pas payé, ce n’est pas parce qu’il ne vaut rien, mais parce qu’il n’a pas de prix. »

Après Thierry Laurent, éducateur au FO Sud Hérault, c’est Stéphanie Sanchez qui s’est confiée à Football Club 34. Bénévole depuis plusieurs années, cette grande passionnée s’épanouit au SC Saint Thibéry. 

Comment avez-vous démarré votre aventure au SCCT ? 

Mon fils faisait du football, donc je suivais un petit peu. Je regardais quelques matchs à la télévision mais je n’étais pas plus passionnée que cela. En fait, J’ai commencé à être bénévole car je suis la femme de Tony, l’entraîneur de la réserve. Un jour, on m’a dit que le club avait besoin de quelqu’un le dimanche. C’est à ce moment-là que tout a démarré.

En quoi consiste votre rôle ?

Je m’occupe des boissons et des repas le dimanche. Chaque fois qu’il y a un match, je vais faire les courses le vendredi pour restaurer les joueurs. Il m’arrive également d’aller en semaine aux entraînements et de suivre l’équipe à l’extérieur. Et quand elle ne joue pas, j’en profite pour aller voir la première ou les féminines par exemple.

Quel plaisir prenez-vous en tant que bénévole ?

Ce qui me plaît le plus, c’est de rendre service aux autres. Nous n’avons pas beaucoup de bénévoles, il est très important que l’on puisse aider les petits clubs et tous ceux qui s’y mobilisent. C’est une vraie satisfaction, surtout qu’il y a une ambiance vraiment particulière au SC Saint Thibéry. Le club est très familial, très sain. Du coup, on a vraiment envie de participer au projet et à son évolution. D’autant qu’au fil des mois et des années, il y a des liens qui se sont créés. Aujourd’hui, je peux dire aux joueurs ce que j’ai pensé de leur match, une confiance s’est installée entre nous.

Si vous deviez arrêter, ce serait beaucoup de tristesse ?

Oui, bien-sûr. Je m’organise pour être au stade tous les dimanches. Je ne vais pas dire que c’est une passion, mais c’est quelque chose qui est devenu important au fil du temps. 

Pourrait-on vous voir en tant que présidente d’un club dans les prochaines années ?

Je ne sais pas. Président, c’est autre chose, cela implique énormément de responsabilités. Aujourd’hui, en tant que bénévole, je suis libre et très heureuse de faire ce que je fais.

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Vous devez être enregistré pour publier un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Actus

Un bénévole à la une avec… Jean-Pierre Delmas

Publié

le

Ils sont essentiels, indispensables. Sans eux, les clubs de football et toutes les structures associatives ne seraient rien. Dans les quatre coins du pays, ils sont des milliers, femmes et hommes, à s’investir corps et âme dans le bénévolat. Durant toute cette saison 2019-2020, Football Club 34, en partenariat avec la Région Occitanie, publiera chaque semaine l’interview d’un bénévole qui oeuvre dans un club de football héraultais. Cette semaine, c’est Jean-Pierre Delmas, président de l’AS Puissalicon Magalas, qui s’est confié !

Pourquoi es-tu devenu bénévole ?
Je viens du milieu du ballon qui ne tourne pas très bien (rires). Je jouais à Bédarieux au rugby quand j’étais jeune. Nous étions entourés de gens formidables, qui nous accompagnaient et nous préparaient à manger pour des déplacements de plusieurs centaines de kilomètres. Nous étions comme des rois, je pense que c’est ce qui m’a donné envie de rendre ce que l’on m’avait donné.

Tu as toujours été passionné ?
Oui, depuis tout petit, je suis un grand passionné de sport. J’avais démarré par le rugby car j’avais eu Olivier Saïsset, qui a été international, comme instituteur. Sinon, je pense que j’aurais fait du football. La première chose que l’on fait quand on est petit, c’est de taper dans un ballon rond et non un ballon ovale (rires).

Du coup, tu es meilleur au football ou rugby ?
Je vais dire que je suis davantage prêt à jouer avec un ballon ovale qu’avec un ballon rond (rires). J’ai joué au football à l’école, mais j’étais assez hargneux. Mon caractère sur le terrain est plutôt celui d’un rugbymen.

Comment as-tu démarré ton activité de bénévole ?
Quand je suis arrivé à Autignac, il y avait une entente avec Thézan et Saint-Genies. J’ai donc inscrit mon petit, qui devait avoir six ans, à Thézan. Comme il n’y avait pas d’éducateur, je suis rentré au bureau. Après, quand mon fils est rentré en sixième, il est parti à Magalas. J’ai alors arrêté pendant quatre ou cinq ans. Et un jour, un collègue avec qui j’avais été à l’école à Bédarieux, m’a demandé si je pouvais lui donner un coup de main. Je n’avais pas trop de temps mais j’y suis allé. Le problème avec moi, c’est que quand je m’occupe de quelque chose, je ne sais pas le faire à moitié, il faut que je m’investisse à fond. C’est la passion qui fait cela. Quand le président a eu un problème cardiaque, j’ai pris la relève. C’était il y a quatre ans.

Sans la passion, tu pourrais arrêter ?
C’est certain. Heureusement que je suis passionné. Après, je ne cache pas que parfois, j’ai envie de tout envoyer paître. Au bout de quelques jours, je me raisonne et la passion reprend le dessus. Mais c’est compliqué, il y a des moments où l’on se pose des questions.

La passion va-t-elle résister pendant longtemps ?
Je ne sais pas, je ne peux pas le dire. Ce qui est certain, c’est que je continuerai tant que j’aurai la passion et le plaisir.

Que peut-on te souhaiter ?
De nous qualifier pour la finale de la Coupe de l’Hérault après avoir gagné devant notre public, et de maintenir l’équipe première en D1 vu que la réserve fait une très belle saison. Si c’est le cas, je serai un président heureux.

Photo : Le Petit Journal

Continuer de lire

Actus

La Ligue publie les classements du « Fair-Play »

Publié

le

Sur son site officiel, la Ligue d’Occitanie a publié le classement du « Challenge Fair-Play » ainsi que le classement « Fair-Play Carton Bleu » au 28 février 2020. Des classements à découvrir sur le lien ci-dessous.

Classements FAIR PLAY

Continuer de lire

À LA UNE

[themoneytizer id=29899-16]

Copyright © 2017 Football Club 34