Connectez vous avec
Ad_Header

Actus

Laurent Nicollin : « Se souvenir d’où l’on vient »

Publié

le

[themoneytizer id=29899-1]

Après avoir abordé plusieurs sujets comme le football féminin ou encore ses plus grands souvenirs à la Paillade, découvrez ce jeudi la dernière partie de notre entretien avec Laurent Nicollin, le président du MHSC. Une interview consacrée en grande partie au monde amateur.

Quelle est la relation qu’entretient la famille Nicollin avec le monde amateur ?
Le « Groupe Nicollin » aide plusieurs clubs dans le département, nous avons des échanges particuliers avec des clubs comme Castelnau, Lattes, Lunel ou encore Agde. Nous avons également des clubs partenaires et des projets pour continuer à tisser des liens.

On a la sensation que le MHSC, par rapport à d’autres clubs professionnels, est particulièrement proche de ce milieu…
Je ne sais pas si c’est le cas. En tout cas, c’est assez logique pour nous d’être proches de ceux qui sont quotidiennement sur le terrain dans notre département. Nous sommes un club formateur, on essaye chaque année de récupérer les meilleurs jeunes. C’est très naturellement que nous allons vers les autres.

On le voit également avec Michel Mézy ou encore la famille Printant, qui sont particulièrement investis…
Dans la vie, il faut toujours se souvenir d’où l’on vient. Même si le club a 40 années d’existence, nous n’oublions pas que nous avons démarré en DH. Je ne dis pas que le monde professionnel est détestable et le monde amateur magnifique, mais nous avons su garder certaines valeurs. On vient du monde amateur, nous avons conscience de cette origine. Nous sommes partis de tout en bas pour arriver tout en haut, nous n’avons pas à en avoir honte. Au contraire, nous pouvons même en être fiers. On dit toujours qu’il faut se rappeler du passé pour se projeter sur l’avenir. C’est quelque chose d’important chez nous, comme le fait que les anciens joueurs puissent venir au match. Cela fait partie de notre ADN, c’est comme ça.

Êtes-vous inquiet pour ce football amateur qui souffre de plus en plus ?
Oui et non. C’est clair que ce n’est pas facile lorsque nous n’avons pas ou peu de moyens financiers. Nous-mêmes à notre niveau, en tant que dixième ou onzième budget de Ligue 1, on se bat pour finir le plus haut possible. Ce n’est pas évident, donc j’imagine bien que ce doit être très difficile pour des petits clubs. C’est comme dans tous les milieux, si tu n’as pas d’argent, tu ne peux pas investir dans les structures, l’administratif, etc. Après, le football reste le sport roi en France, il y aura toujours des collectivités ou des privés pour soutenir les clubs amateurs.

Quelles relations peuvent-elles être mises en place entre les mondes professionnel et amateur ?
Il y a plein de choses à faire. On pourrait imaginer la création de clubs filiales, mais nous n’avons pas le droit. D’un côté on veut bien mettre de l’argent, mais si le président de ce club fait n’importe quoi sans que nous ne puissions intervenir, c’est compliqué. Mon idée, c’était d’avoir un ou deux clubs partenaires, à nous. Demain, je peux acheter un club en Belgique, en Suisse ou en Italie, mais je n’ai pas le droit d’acheter un club filiale en France. C’est dommage car je préfèrerai investir à Castelnau, Lattes ou Sète pour créer une académie, développer la structure. On peut le faire, certes, mais sans que le club ne t’appartienne.

Être président d’un club amateur et d’un club professionnel, est-ce fondamentalement différent selon vous ?
Je ne sais pas. Ce qui est sûr, c’est que dans les deux cas, tu as des problèmes et des maux de tête. Que tu sois en Ligue 1 ou en DH, et même si les problématiques sont très différentes, il faut atteindre les objectifs et répondre aux exigences des gens.

Ces difficultés pourraient vous conduire un jour à quitter le MHSC ? 
Tant que l’on a l’envie, la foi et les moyens financiers, non. Après, il peut toujours arriver un cataclysme. Si on descend en Ligue 2 ou en National et que l’on n’a plus d’argent, soit on réduit totalement la voilure, soit on vend le club. Certains jours, quand tu ne gagnes pas les matchs, tu n’es pas bien. Mais dans mon esprit, tant que le club est pérennisé en Ligue 1, c’est déjà une phase importante et un soucis en moins pour la saison d’après. Notre souhait, c’est de maintenir le club dans le Top 10 de Ligue 1, on va se battre chaque année pour y arriver. À nous de bien travailler, de former des jeunes et de recruter de bons joueurs.

Un grand merci à Laurent Nicollin et au MHSC pour cet entretien ! 

Photo : La Croix

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Vous devez être enregistré pour publier un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Actus

Quel est votre favori entre l’ECL et Lespignan Vendres ?

Publié

le

Mercredi soir (21h), l’Entente Corneilhan Lignan accueillera le FC Lespignan Vendres pour la onzième journée de Départemental 1. Selon vous, qui va remporter cette rencontre de championnat ?

Créez votre propre sondage de satisfaction des utilisateurs

Continuer de lire

Actus

Gagnez deux places pour le match MHSC – RCSA

Publié

le

Comme la saison dernière et tout au long de cet exercice 2019-2020, Football Club 34, en partenariat avec le Montpellier Hérault Sport Club, offrira deux places pour chaque match à la Mosson. Pour cette 27ème journée de la saison, c’est la réception du RC Strasbourg Alsace que l’on vous offre !

Continuer de lire

À LA UNE

[themoneytizer id=29899-16]

Copyright © 2017 Football Club 34