Connectez vous avec
Ad_Header

Actus

Enzo Fabregas : « Mes crampons sont toujours dans leurs boîtes »

Publié

le

Blessé depuis de nombreuses semaines, Enzo Fabregas n’a quasiment pas joué de la saison. Le joueur du CCFC s’est confié sur cette année décidément très difficile…

Tu as vécu une saison quasiment blanche avec des blessures à répétition. Comment as-tu vécu cela ?
C’est une saison compliquée, entre une préparation physique manquée de A à Z, une blessure à la cuisse qui traîne encore et encore et une expulsion sur un coup de sang suite à la frustration de ne pas être prêt, et même d’être hors de forme. On se dit alors qu’après la trêve hivernale, ça va revenir et au final, une blessure à l’épaule te replonge dans le doute. Le chirurgien attendra la mi-juin pour savoir s’il y aura opération ou pas. J’ai acheté une paire de crampons en janvier, ils sont toujours intacts et dans leurs boîtes (rires).

Tu étais très heureux de retourner dans ton club de coeur, comment as-tu suivi la saison du CCFC ?
Quand j’ai signé à Castelnau, j’étais motivé et j’avais hâte de reporter ce maillot. J’aime ce club, j’y ai commencé en 1997, c’était un retour à la maison. J’avais toujours eu ce regret d’être parti plus jeune et surtout de ne jamais être revenu. J’ai donc fait mon retour l’été dernier, malgré la multitude de départs au club et le fait qu’on nous prédisait l’enfer. On m’avait même dit que j’allais signer dans un cercueil. Les gens n’avaient pas forcément tort au final, même si à un moment donné, j’ai cru que les gars arriveraient à se stabiliser en milieu de tableau après avoir accroché quelques victoires. Mais des joueurs ont arrêté, d’autres sont blessés ou démotivés. Il y en a même qui ont quitté la région. Déjà que l’équipe était très jeune, le manque d’expérience fait que tu finis la saison en ayant l’obligation de gagner tes deux derniers matchs si tu veux rester en R1. Les gars en sont capables, j’espère qu’ils réussiront à se maintenir. Un club comme le CCFC devrait être l’un des favoris pour le titre chaque saison en R1. En tout cas, je souhaite que cela arrive un jour.

Que fera tu la saison prochaine ?
Déjà, ça dépendra de cette épaule, si j’arrive à être rétabli à temps pour le premier jour de reprise des entraînements. J’aimerai reprendre sans soucis physiques, pouvoir enchaîner des efforts sans avoir mal pendant trois jours derrière. Et surtout, retrouver un vestiaire qui vit bien ensemble, qui prend du plaisir aux entraînements ou en compétition.

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Vous devez être enregistré pour publier un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Actus

Grégoire Ledun, le combat d’une vie…

Publié

le

Le combat d’une vie, d’une famille. Depuis trois longues années, Grégoire Ledun et ses proches se battent contre la maladie. Ce mercredi, le joueur de la Clermontaise a accepté de se confier sur cette épreuve. Entretien…

<< LE SITE OFFICIEL DU SHOP « ESPOIR » >>

Grégoire, peux-tu nous raconter ton histoire ?
En 2016, mon père nous a annoncé qu’il était atteint par la maladie de Charcot. Mes frères et moi étions dans le flou complet. Avec le temps, nous avons vite compris que cette maladie serait un combat quotidien car petit à petit, chaque muscle se paralyserait un par un. Cette maladie a touché mon père sans prévenir, c’était un grand sportif en très bonne santé. C’est très difficile pour mes frères et moi de l’accepter mais nous devons profiter au maximum de chaque moment passé auprès de lui. À l’initiative de mon frère Simon, avec qui je joue à la Clermontaise, nous avons créé une association : Espoir. Celle-ci est connu pour ses événements sportifs comme les 24h Cross Fit ou les 24h du football, mais aussi pour la première marque de vêtement engagée contre cette maladie. Pour chaque achat sur le site : www.shopespoirsla.com, un euro est reversé à la recherche médicale contre la maladie de Charcot

Cette maladie, qu’est-ce que c’est ?
Elle est aussi appelée sclérose latérale amyotrophique (SLA), c’est une maladie neurodégénérative. Elle atteint progressivement les neurones et entraîne une faiblesse musculaire puis une paralysie. L’espérance de vie des patients est très courte. Aujourd’hui, cela va faire 3 ans que mon père se bat tous les jours contre cette maladie. Ce n’est vraiment pas facile au quotidien mais nous nous battons, mes frères, ma mère et moi-même. J’admire ma mère, c’est une femme exceptionnelle qui ne lâche pas pour son mari alors que ce n’est pas facile tous les jours pour elle.

Parle-nous de votre marque « Espoir »…
C’est une marque de vêtement gérée par mon frère Simon. Il a décidé de quitter toutes ses occupations à l’époque pour créer cette marque. Aujourd’hui, il réalise un beau parcours avec cette entreprise. Mon autre frère Maxime l’aide au quotidien et moi, je l’aide pendant mes temps libres. J’essaye de lui ramener des projets comme des tee-shirts d’entraînement pour des équipes de football.

La marque commence à prendre un peu d’ampleur à Montpellier. Vous avez même un défilé de prévu très prochainement…
Tout à fait. Tout cela grâce au boulot acharné de mon frère, nous espérons que la dynamique continuera d’année en année. Un défilé est prévu le vendredi 11 octobre pour montrer les nouvelles collections et des pièces uniques. Ce défilé sera suivi d’une petite soirée pour finir en beauté. L’année dernière, nous avions réussi à faire sensation avec ce type d’événement donc nous espérons la même réussite, voire plus.

Des célébrités locales vous aident à promouvoir la marque ?
Oui, nous avons la chance d’avoir des célébrités comme les joueurs du MHR : Fulgence Ouedraogo, Benoit Paillauge, Kelian Galletier ; le restaurateur montpelliérain Romain Salamone ; l’influenceuse Douze Février ; Aurore Kichenin première dauphine Miss France 2017 ou encore Dimitri Bertaud, le gardien du MHSC avec qui j’ai de bonnes relations.

Niveau football, tu as rejoint la Clermontaise. Que t’inspire ce nouveau défi ?
C’est un nouveau challenge très intéressant. Je voulais un club familial et qui prend le temps de nous connaître, Clermont l’Hérault est mon ancien club, j’ai été ravi de retrouver les infrastrucrures. Ce nouveau challenge me motive à donner le meilleur de moi-même pour gagner ma place. C’est sans cesse un combat, mais c’est ce qui me motive à aller chercher une place de titulaire.

Quels sont les objectifs du club cette saison ?
Nous voulons faire une très bonne saison. Nous verrons semaine après semaine et ferons le bilan à la fin.

Quels sont tes objectifs personnels ?
Ils sont simples : profiter du temps de jeu que le coach m’accordera, me faire une place petit à petit et démontrer que je peux apporter mes qualités afin de gagner des matchs. Mais la chose la plus importante à mes yeux : faire venir au maximum mon père et qu’il soit fier de mes performances.

Propos recueillis par Enzo Fabregas

<< LE SITE OFFICIEL DU SHOP « ESPOIR » >>

Continuer de lire

Actus

Six matchs ce mercredi soir en Coupe d’Occitanie

Publié

le

Après les qualifications du week-end dernier du Sète Olympique FC, de l’AS Saint Mathieu, de Valras Sérignan, de Saint Gély du Fesc et du RCO Agde, les six derniers qualifiés pour le deuxième tour départemental de la Coupe d’Occitanie seront connus ce soir. Six matchs seront en effet au programme ce mercredi dès 20h et offriront de très belles affiches. On suivra notamment les rencontres très attendues entre Lavérune et Florensac Pinet ou encore entre Sussargues et Corneilhan Lignan. Découvrez les résultats sur Football Club 34 dès la fin des matchs.

  • RC Lemasson (D3) – AS Canet (D2) à 20h
  • Sète le Social (D3) – Olympique la Peyrade (D1) à 20h30
  • FC Lavérune (D1) – USO Florensac Pinet (D2) à 20h30
  • Maurin FC (D3) – CS Marseillan (D3) à 20h30
  • Sussargues FC (D2) – Entente Corneilhan Lignan (D1) à 20h30
  • AC Alignan (D2) – RC Védasien (D1) à 21h
Continuer de lire

À LA UNE

Copyright © 2017 Football Club 34