Connectez vous avec
Ad_Header

Actus

Philippe Sers : « Je ne suis pas surhumain » 

Publié

le

Philippe Sers est un monument du sport héraultais. Pendant 34 ans, comme un signe du destin, le commentateur de France Bleu Hérault aura donné son cœur et ses tripes pour faire vivre les plus beaux exploits sportifs du département. Entre émotion et anecdotes, cet homme passionné et profondément humain s’est confié à Football Club 34. Retrouvez ce jeudi la première partie de cet entretien…

Philippe, tu as suivi le sport héraultais et la Paillade pendant de nombreuses années. On imagine que tu as été marqué par cette période… 

Bien-sûr, c’est allé dans le sens que je souhaitais donner à ma carrière. J’étais parti dans l’idée de valoriser les sportifs de ma région, et plus particulièrement le football puisque l’histoire a voulu que ma personnalité soit reliée au MHSC. Mon but, c’était de magnifier la performance sportive à travers les clubs régionaux. C’est ce qui m’a permis d’accéder à de nombreuses disciplines sportives et d’intervenir géographiquement sur une zone de couverture importante, chez moi, dans ma région.

Cette volonté de valorisation n’est-elle pas antinomique avec l’objectivité journalistique ?

Déjà, il faut bien avoir en tête que l’actualité sportive, la plupart du temps, reste légère. On ne parle pas de politique, de faits divers ou de sujets graves qui composent notre société. Au-delà du simple fait de valoriser, ce que je souhaitais, c’était donner vie et apporter un rayonnement à une performance sportive. À l’époque, tout était fait en catimini puisque nous n’avions pas tous les vecteurs de communication que nous avons aujourd’hui. C’était important pour moi de mettre en lumière les clubs et les sportifs de ma région. Il n’en demeure pas moins qu’à un moment donné, on peut et on doit apporter un regard critique. Tout repose sur la manière dont on va s’exprimer. Jusqu’au bout, j’ai défendu l’idée qu’il y a une différence fondamentale entre le commentaire « chaud », qui donne du relief à la réalité, et le commentaire « chauvin », qui la trahit. Le commentateur se retrouve toujours face au choix des mots et à l’intonation de la voix, tout cela pour rester connecté avec la personne qui l’écoute. Il semblerait qu’avec le temps, en toute modestie, celles et ceux qui me sont restés fidèles s’en sont satisfaits. On jouit, on s’amuse, on est désolé avec l’équipe à travers mes commentaires et ma manière de commenter. Tout en gardant en tête que ce que je dis colle toujours avec ce que je vois. Le plus important, c’est de faire des images avec les mots.

Dans l’histoire récente de la Paillade, deux matchs sortent du lot : la montée en Ligue 1 face à Strasbourg et la victoire face au LOSC avec le but d’Ait Fana. Lequel t’a le plus marqué ?

Sur le plan émotionnel, les deux se valent. Je pense néanmoins que le but d’Ait Fana marqué dans le temps additionnel face à Lille est plus représentatif de ce qu’il peut se faire en termes d’émotion intense. Même s’il ne garantit pas le titre mais la Ligue des Champions, ce match vient comme une continuité extraordinaire d’une saison qui l’était tout autant. Quant aux scènes de Strasbourg, elles étaient multiples. Il s’est passé énormément de choses dans ce match avec l’arrêt de Carrasso sur le penalty, le tir de l’égalisation détournée par Jourdren ou encore la tête de Marveaux. Mais objectivement, avec le temps qui passe, et même s’il y avait énormément de choses très intenses dans ce match, cette finale de la montée contre Strasbourg, c’était presque une logique attendue. Une montée en Ligue 1, la Paillade en a fait trois ou quatre. Un titre en championnat, il n’y en a qu’un.

Tu es quelqu’un de très entier, l’émotion a-t-elle déjà pris le dessus sur tes commentaires ?

Je n’ai pas le souvenir de m’être fait déborder au cours d’un match, ni par l’enjeu, ni par la fête. Néanmoins, quand on veut, comme je l’ai toujours voulu, donner du relief aux commentaires et mettre des images sur des mots, on est à un moment donné obligé de se mettre dans la peau de celui dont on va commenter la performance. Cette donnée est plus simple dans un sport individuel. Dans les années 90, je suivais la magnifique carrière d’Eric Nicoletta. Ce garçon, c’était une leçon de vie à lui tout seul. Quand on est au bord du ring, que l’on va commenter un match de boxe, on est obligé de mettre les gants et de s’imprégner de ce que le boxeur peut ressentir, même sans recevoir les coups. Dans ces situations, tu peux effectivement te laisser déborder par ce que génère une telle émotion. Dans les sports collectifs, contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce que je comprends tout à fait, je ne me suis jamais laissé envahir par l’émotion pendant un commentaire du MHSC.

Même le soir du titre à Auxerre ?

Ce soir-là, beaucoup de choses se sont mélangées. Deux mois avant, j’avais envoyé un message à Loulou en lui disant : « je ne sais pas ce qu’il arrivera, mais quoi qu’il advienne, est-ce que vous m’autoriserez à rentrer dans les vestiaires ». Il m’avait répondu : « mon Sersounet, quoi qu’il advienne, tu y seras ». Quand je suis rentré dans le vestiaire, c’était un moment très privilégié mais également énorme à titre personnel. Tout le temps que j’ai été à l’antenne ce soir-là, je pense et j’espère avoir fait vivre ce match comme toute personne qui aurait été à ma place aurait pu le faire vivre. Je n’avais pas été débordé par l’événement le soir du titre, mais par les conséquences de l’événement. Quand je suis sur le terrain et que les supporters chantent pour moi, moins d’un an après ma maladie, j’ai effectivement été submergé. Je me disais que si je ne m’étais pas battu, je n’aurais pas connu ça. Il fallait que je craque, je ne suis pas surhumain.

Retrouvez la suite de cet entretien dès demain sur Football Club 34…

Photo : MHSC On Air

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Vous devez être enregistré pour publier un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Actus

Nicolas Guibal : « J’ai l’impression que l’on va recevoir en Ligue 1 » 

Publié

le

Pour la deuxième fois de sa jeune carrière d’entraîneur, Nicolas Guibal va vivre un nouveau 32èmede finale de Coupe de France après la victoire (2-0) du FC Sète 34 face à Rodez. Le coach des verts et blancs s’est confié sur la qualif’ de ses joueurs mais également sur le tirage au sort de ce soir…

Nicolas Guibal (entraîneur du FC Sète 34) : « Je suis très fier des joueurs, c’est un match référence et une magnifique prestation. Il y avait du monde au stade, mon équipe ne s’est pas dérobée face à l’enjeu, elle a assumé son statut. J’ai rapidement senti que l’on était capable de créer l’exploit, nous étions présents dans les duels et on a fait beaucoup de mal à cette équipe de Rodez sur les contres. Comme l’ont dit les journalistes de Rodez et même l’entraîneur, il n’y a pas eu photo sur ce match. Le tirage au sort de ce soir ? J’espère tirer une Ligue 1. Mon souhait ultime, c’est vraiment de recevoir. Voir le sourire des gens, tous ces visages éclairés, c’est tellement fort. C’est bizarre, je ne sais pas l’expliquer mais j’ai l’impression que l’on va recevoir en Ligue 1. »

Photo : ASB

Continuer de lire

Actus

Zéro pointé pour nos trois représentants héraultais en U19 !

Publié

le

On aurait pu rêver d’une meilleure fin d’année. Pour l’ultime rendez-vous en 2018 en U19 National, nos trois représentants héraultais se sont tous inclinés. Tout avait mal démarré dès samedi avec les revers sur le plus petits des écarts du MHSC face à l’ASSE, et de Castelnau le Crès en déplacement sur la Rade de Toulon. Hier, ce sont les jeunes de l’AS Béziers qui ont essuyé quant à eux un neuvième revers de la saison face au Nîmes Olympique. Si le MHSC reste malgré tout en tête du championnat avec quatre points d’avance sur son bourreau du week-end, le CCFC occupe désormais la septième position avec 22 points, tandis que l’ASB reste en difficulté avec treize points mais un match en plus sur l’OM et le SC Bastia, deux concurrents directs. Désormais, place au repos avant les retrouvailles en championnat le week-end des 19 et 20 janviers prochains.

Continuer de lire
ActusIl y a 4 heures

Nicolas Guibal : « J’ai l’impression que l’on va recevoir en Ligue 1 » 

ActusIl y a 4 heures

Zéro pointé pour nos trois représentants héraultais en U19 !

ActusIl y a 5 heures

Mieux vaut se déplacer en Coupe de l’Hérault !

ActusIl y a 6 heures

La célébration « dingo » du SC Saint Thibéry en D4 !

ActusIl y a 7 heures

Clubs, particuliers : ils soutiennent Football Club 34 !

ActusIl y a 8 heures

Jean-Luc Muzet : « L’équipe est en nette progression » 

ActusIl y a 9 heures

L’AC Bouzigues Loupian, spécialiste des matchs nuls !

ActusIl y a 9 heures

Kévin Testud : « On est arrivé sur le terrain avec les crocs »

ActusIl y a 9 heures

L’ES Montbazin confirme et s’affirme en D5

ActusIl y a 9 heures

Thierry Bernard : « On aurait pu gagner »

ActusIl y a 10 heures

Sébastien Croce : « Le groupe continue sa route »

ActusIl y a 12 heures

Le MHSC et le FC Sète 34 fixés ce soir à 20h30 !

ActusIl y a 12 heures

Le tirage des 32èmes de Coupe d’Occitanie à suivre en DIRECT !

ActusIl y a 12 heures

Le dernier journal officiel du District de l’Hérault

ActusIl y a 1 jour

Tous les résultats du week-end des clubs héraultais !

ActusIl y a 3 jours

Nicolas Guibal : « Une belle fête au Louis Michel » 

ActusIl y a 3 jours

L’exploit du RSO Cournonterral face à l’US Béziers ?

ActusIl y a 3 jours

De très belles affiches en seizièmes de finale de Coupe de l’Hérault !

ActusIl y a 3 jours

Julien Massif : « Nous n’avons jamais démérité » 

ActusIl y a 3 jours

L’AS Fabrègues affrontera finalement… le Maurin FC !

À LA UNE

Copyright © 2017 Football Club 34